Archives par mot-clé : HowTo

Pairing the Logitech Performance MX (and others) to the Unifying Receiver in GNU/Linux

Back in 2009 Logitech introduced the Unifying Receiver, a great way to connect multiple wireless mice and keyboards to one single RF receiver on your PC.

The Unifying receiver is uniquely paired to your mice and keyboard. When you buy your devices, they are already paired to the accompanying receiver. They work out of the box on any GNU/Linux system.

However, if you loose the original receiver, and get another one for free from Logitech under warranty, or if you want to pair / unpair new or existing devices, you will need to pair them again. This used to be only possible using Windows. Not anymore. 🙂

Solaar is a GNU/Linux device manager for Logitech’s Unifying Receiver peripherals. It is able to pair/unpair devices to the receiver, and for most devices read battery status.

It comes in two flavors, command-line and GUI. Both are able to list the devices paired to a Unifying Receiver, show detailed info for each device, and also pair/unpair supported devices with the receiver.

I tested this in Debian 7 for which there are packages and a repository, and there is also a PPA available for Ubuntu, which also works in Trisquel 6. Here are some screenshots:

Solaar_022

Solaar_021

Solaar_020

 

Wow, it’s been quite some time I hadn’t seen such attention to detail in an application apparently destined to such a « simple » task.

Buttons mapping

Solaar doesn’t take care of the buttons mapping (yet?), but I thought I’d throw this extra here. Some time ago I went through the trouble of identifying all the buttons on my mouse and documenting (from Logitech’s accompanying manual) the various expected functions as present in Windows.

This is useful for applications where you can specify which button is assigned to an action. Enjoy!

Logitech-Performance-Mouse-MX-031

  • Button 1 – left click
  • Button 2 – wheel click / middle button
  • Button 3 – right click
  • Button 4 – wheel forward
  • Button 5 – wheel back
  • Button 6 – wheel left click
  • Button 7 – wheel right click
  • Button 8 – browser history: forward
  • Button 9 – browser history: back
  • Button 10 – application switch / Exposé on Mac
  • Button 13 – zoom
 

Atheros AR9170 [0cf3:1002] et Atheros AR9271 [0cf3:9271] avec Debian 7 (Wheezy)

J’utilise Trisquel depuis quelques années et au fil de mes lectures sur les forums et grâce aux interventions fréquentes et verbeuses de Christopher Waid (« Chris » sur les forums) j’ai découvert ThinkPenguin.

Le choix du matériel qui puisse utiliser des pilotes logiciels et microcode (« firmware ») 100% libres est tout aussi important que le choix du système d’exploitation comme tel, mais ce n’est pas facile de trouver du matériel garantit pour sa compatibilité avec une des distributions GNU/Linux recommandées par la FSF. ThinkPenguin facilite grandement la tâche.

RYFC’est là que j’ai pu acheter une clé USB wifi N SMC Networks (réf. SMCWUSB-N2), et plus tard une clé USB wifi N TPE-N150USB. La première n’y est plus en vente, la deuxième est un modèle plus évolué et surtout, minuscule et certifiée « Respects your Freedom » par la FSF.

J’utilise aussi Debian sur mon ordinateur portable principal, un ThinkPad X230 de Lenovo. Ça m’aide à en savoir un peu plus sur cette distribution qui compte des centaines de dérivées pour éventuellement y contribuer, ce qui finirait par bénéficier Trisquel de toute manière.

Malheureusement Lenovo a choisi de bloquer le démarrage de cet ordinateur en incluant dans son BIOS une liste de composantes (dont le wi-fi) servant à valider ce qui est présent. La carte wifi incluse est une variante des cartes Intel utilisant du microcode (ou « micro-logiciel ») non-libre, et si on la remplace par l’équivalent Atheros, le système ne démarre plus!

Le système idéal n’a pas un BIOS non libre (et propose donc CoreBoot), j’aurais souhaité avoir un autre choix au moment de l’achat mais c’est ce que j’ai fini par accepter comme compromis pour mon utilisation personnelle, pour l’instant.

Pour moi il était important de disposer d’une solution qui fonctionne sans microcode non-libre, et Atheros a la réputation de produire du matériel qui remplit cette condition. J’ai donc décidé de ne pas installer le microcode non-libre d’Intel et de toujours utiliser une clés USB externe.

Le micro-code requis pour faire fonctionner ces clés USB n’a pas encore fait son chemin dans Debian, je partage donc ici la méthode pour l’obtenir et ainsi pouvoir activer ces clés.

Atheros AR9170 [0cf3:1002]

SMC-USB

Pour activer cette clé USB sous Debian, il suffit d’installer le paquet firmware-linux-free:
sudo -s
apt-get install firmware-linux-free

Malgré que cette clé soit la plus grosse des deux, je l’aime bien car elle fonctionne directement sans ajout de paquet sur Trisquel 6.

Atheros AR9271 [0cf3:9271]

wireless-n-usb-adapter-zero-1

Pour activer cette clé USB sous Debian, il faut compiler le code et installer manuellement le microcode, ou copier manuellement le microcode déjà compilé à partir de sources. Je propose ici la copie manuelle à partir de fichiers dont je connais l’auteur (« jxself », ou Jason Self, employé de la FSF depuis 2010 et mainteneur des paquets linux-libre, le noyau libre Linux).

Voici donc les étapes requises:

sudo -s [entrez votre mot de passe si requis]
cd /lib/firmware
wget https://www.thinkpenguin.com/files/ath9k_firmware_free-version/htc_9271.fw
wget https://www.thinkpenguin.com/files/ath9k_firmware_free-version/htc_7010.fw

Ensuite, redémarrez le système.

Ce microcode est aussi disponible à partir de paquets non-libres, car au départ il avait été copié dans Debian sans les compiler à partir de la source (!). Pour plus de détails, voyez Debian Bug #711470 – ath9k_htc updated firmware for firmware-linux-free.

Je préfère utiliser cette clé car elle est minuscule, mais aussi parce qu’elle a obtenu la certification « Respects your Freedom » récemment annoncée par la Free Software Foundation.

 

Comment trouver la version de Debian GNU/Linux utilisée

Lorsqu’on intervient sur le système d’un client, ami ou collègue pour l’aider ou pour donner des conseils, il arrive que même la personne responsable de ce système ne sache plus exactment quelle version du système d’exploitation est utilisée.

Il est possible que cette personne ait elle-même hérité de cette responsabilité, ou bien que quelqu’un d’autre ait installé le système à sa place, lors d’un atelier ou à la demande d’un employeur, par exemple. On peut aussi vouloir vérifier la version qu’on utilise sur un système partagé.

Sur un système Debian, la commande lsb_release peut être utilisée. Si elle n’est pas installée, elle est disponible en installant le paquet lsb-release.

lsb-release: Utilitaire de rapport de version du Linux Standard Base

Le Linux Standard Base (http://www.linuxbase.org/) est un standard pour le coeur du système sur lequel des applications d’une tierce partie peuvent s’appuyer.
La commande lsb-release est un simple outil pour aider à identifier la distribution Linux utilisée et sa conformité avec le Linux Standard Base.
Cette conformité ne sera pas rapportée sauf si les métapaquets requis sont installés.
Bien qu’elle soit conçue pour être utilisée par les paquets LSB, cette commande peut aussi être utile pour distinguer une distribution Debian d’une version dérivée.

Voici un exemple de résultats avec une Debian 7:
$ lsb_release -a
No LSB modules are available.
Distributor ID: Debian
Description: Debian GNU/Linux 7.0 (wheezy)
Release: 7.0
Codename: wheezy

On peut aussi examiner le fichiers correspondants dans /etc ainsi:
$ cat /etc/debian_version
7.0

$ cat /etc/os-release
PRETTY_NAME= »Debian GNU/Linux 7.0 (wheezy) »
NAME= »Debian GNU/Linux »
VERSION_ID= »7.0″
VERSION= »7.0 (wheezy) »
ID=debian
ANSI_COLOR= »1;31″
HOME_URL= »http://www.debian.org/ »
SUPPORT_URL= »http://www.debian.org/support/ »
BUG_REPORT_URL= »http://bugs.debian.org/ »

 

A nicer LUKS full disk encryption passphrase prompt in Debian 7 (Wheezy)

When installing Debian on a new system, if you don’t install Plymouth and you use full disk encryption, the passphrase prompt will come up in a text console which is not very pleasing to the modern eye:

LUKS-text-prompt.png

After much experimentation, I found the Joy theme from the available Plymouth themes provided a much better experience. It was created by Audrien Auburg and adapted from an Edubuntu theme by Jonathan Carter for use with Plymouth. This is an excellent example of Ubuntu functionality brought back into Debian for the benefit of all.

This is how to install such a boot theme in a new Debian system using an Intel graphics chipset:

$ sudo -s
# apt-get install plymouth plymouth-drm

Edit /etc/initramfs-tools/modules and add the modules required for modesetting:

# KMS
intel_agp
drm
i915 modeset=1

Apply the Joy theme and make the changes effective:


# /usr/sbin/plymouth-set-default-theme joy
# update-initramfs -u

And here is the result:

IMG_20130422_132413

If you have another graphics chipset, or if you want more details about setting Plymouth or changing to other themes, check the Debian wiki documentation about Plymouth for more specific instructions.

Also keep in mind this is not very useful on fast SSD-equiped systems: if you don’t use full-disk encryption, the boot sequence is so fast that you won’t see the theme much!

1